Utilisation de niveaux d'action pour allergènes comme outils de gestion des risques pour une meilleure utilisation de l'étiquetage préventif des allergènes de la part des industries agroalimentaires

Il s'agit de dernier article de la docteur Émilie Manny dans le cadre de son projet de doctorat pour une meilleure utilisation de l'étiquetage de précaution. Il est important de fournir des conseils pour générer des niveaux d'action allergènes pour les industries alimentaires afin d'évaluer la nécessité d'un étiquetage préventif des allergènes (PAL). L'article est disponible au lien suivant:

https://authors.elsevier.com/a/1eIE93PY0vab7T (Gratuit jusqu'au 11 février 2022).

Les niveaux d'action des allergènes (en mg d'allergène par kg de produit alimentaire) ont été calculés sur la base de la dose déclenchante (DE) de chaque allergène sélectionné divisée par les données de distribution de la consommation. Les données sur la consommation au Canada ont été extraites de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2015, représentatives de la population canadienne en général. Les catégories d'aliments à haut risque sélectionnées comprenaient les produits de boulangerie, les mélanges à pâtisserie, les produits de panification, les bonbons, les produits céréaliers, les produits chocolatés, les biscuits, les barres énergétiques, les sauces, les biscuits salés et les collations. Les DE induisant une réaction allergique chez 1% et 5% de la population allergique (ED01, ED05) pour neuf allergènes (lait, œuf, arachide, noisette, noix de cajou, noix, blé, sésame, soja) ont été extraits de Houben et al. , 2020. Les niveaux d'action pour la consommation médiane (P50), 75e et 97,5e centile (P75, P97.5) de toute catégorie d'aliments étudiée pourraient être détectés par des kits de détection d'allergènes commerciaux lorsque l'ED05 était utilisé. Les P75 et ED05 ont été préférés pour déterminer les seuils d'intervention car ils étaient moins conservateurs et plus flexibles. Les seuils d'intervention pour les allergènes fixés à l'intention des exploitants du secteur alimentaire (ESA) en tant qu'outils de gestion des risques au Canada aideraient à normaliser l'utilisation des PAL et à rendre les PAL plus significatives pour les ESA et les consommateurs canadiens. Ces valeurs doivent être interprétées en tenant compte de leurs limites et hypothèses et doivent accompagner tous les efforts de prévention et de gestion des contacts croisés allergènes.