Vérifier la présence de traces d'allergènes en entreprises agroalimentaires: un vrai défi!

La plateforme PARERA a travaillé en collaboration avec l'entreprise r-Biopharm Inc. pour améliorer les connaissances et apporter plus de données sur la détection des allergènes avec des prélèvements de surface. Voici nos découvertes!


Partons du début. En entreprise agro alimentaires, après chaque production (de biscuit par exemple), il faut nettoyer tous les tapis, les équipements, et les ustensils. Cette manoeuvre est faite pour enlever les saletées et restes d'aliments, et réduire la contamination microbienne afin de pouvoir commencer la production suivante. Ce même nettoyage sert aussi à enlever les allergènes d'une production à l'autre. Les entreprises vérifient que leurs équipements sont propres à l'aide de prélèvement de surface. Un peu comme dans CSI, les opérateurs prennent des écouvillons (identiques à des coton-tiges) afin de vérifier qu'il n'y a plus de risque de bactéries ou d'allergènes. Pas de crainte, c'est seulement pour contrôler car l'entreprise a déjà validé sa méthode de nettoyage et a prouvé qu'elle était efficace pour réduire tous les risques de contamination à des seuils acceptables.

Ces écouvillons sont ensuite soit testés sur place ou envoyés dans des laboratoires pour être analysés. Seulement voilà, dans les bonne pratiques, il est requis de tester les écouvillons dans les 24h après réception. Un vrai casse tête pour les laboratoires d'analyse et aussi pour les entreprises qui doivent s'assurer que leurs écouvillons soient envoyés et arrivent le jour même au laboratoire.

À l'aide de nouveaux écouvillons (r-Biopharm Inc.), la plateforme PARERA a démontré que les allergènes du lait et le gluten pouvaient être detectables sur écouvillons même après 7 jours de conservation. Plusieurs scénarios ont été testés (nombre de jours, températures, présence de bactéries sur les écouvillons). Finalement la plateforme conseille de conserver les écouvillons au froid et de faire trois prélèvements par surface pour s'assurer d'avoir une bonne représentation de la réalité. La plateforme souhaite que ses travaux servent à soutenir le développement de nouvelles règles de bonnes pratiques qui seraient moins contraignantes en termes de temps pour les entreprises et les laboratoires d'analyses.

Nos résultats ont été présentés lors de la dernière conférence de l'AOAC International et peuvent être retrouvés dans le PDF.