La fraude alimentaire prend une place conséquente dans la politique alimentaire pour le Canada

Annonce de la ministre fédérale de l'agriculture et l'agroalimentaire Mme Bibeau à l'université McEwan: Le Canada prend en main le problème de la fraude alimentaire et donne les moyens financiers à l'agence d'Inspection des aliments de développer des méthodes de détection pour assurer une meilleure protection des consommateurs. Dans cette même veine, on rappelle que le 9 juillet dernier, plusieurs milliers de tonnes de miel falsifié ont été retirés du marché


Nous devons nous réjouir de cet investissement fait par le gouvernement fédéral pour lutter contre la fraude alimentaire.

Développer des méthodes est une chose, mais il faudra aussi s'assurer de leur validation à l'échelle du pays et de leur application dans tous les cas de fraudes.

Nous ne savons pas encore si l'ACIA va investir pour développer des méthodes de détection dites ciblées (qui cherche un adultérant en particulier) ou si l'agence vise au développement plus onéreux et plus long de méthodes dites non ciblées (techniques qui permettent de dire si un produit et suspect, i.e. si il ne correspond à aucun profil du même aliment déjà référencé). La plateforme PARERA se présentera comme un soutien à l'ACIA dans le développement, l'optimisation et la mise en application de ces méthodes de détection.

L'agence va devoir aussi investir dans l'accompagnement des acteurs de l'agroalimentaire dans la gestion de la fraude aliemtaire et aussi l'interprétation de résultats de détection. 

Deux articles disponible en français et en anglais.