Du porc dans des raviolis pur boeuf

Des journalistes français se sont intéressés à des raviolis 100% boeuf et ont trouvé du buffle et du porc. Mais comment interpréter ces données?


Voilà le gros titre! Celui qui va informer le consommateur, ou le faire douter, ou lui faire peur.

Du porc dans des raviolis Giovanni Rana "100% pur bœuf", dénonce France 5

Je cite l'article du Huffington post qui précise que "la quantité de porc retrouvée n’est pas énorme, le laboratoire parle d’une portion de 1 à 5%. Et moins de 1% pour le buffle. Mais la simple présence de ces deux viandes devrait rendre impossible l’apposition de l’allégation: “100% pur bœuf”."

D'après les images de l'émission, le laboratoire a utilisé la méthode PCR en temps réel pour déterminer la présence des autres espèces animales contenues dans la farce des raviolis.

L'entreprise en question "a publié un démenti, dans lequel elle déclare “nous dénonçons les déclarations sur nos produits portées dans le cadre de l’émission de France 5 et telles que relatées, qui ne correspondent pas à la réalité.” La marque déplore le fait que “malgré nos multiples demandes, nous n’avons jamais reçu les analyses qui auraient été effectuées sur nos produits”."

Que penser de tels résultats?

Notre laboratoire considère qu'il y a un inconnu dans cette équation: le seuil entre fraude et contamination. Ou, en d'autres termes, est ce que ce porc est présent intentionellement ou non intentionellement dans ces produits. En effet avec une présence de 1% ou de 1 à 5 % qui, en passant ne sont pas des quantités mais des proportions, peut-on parler de fraude? L'article n'utilise pas le mot fraude mais fait un parallèle entre ce cas et celui des différents scandales qui ont touché le secteur des viandes par le passé.

Pour répondre à cette question, la plateforme PARERA en collaboration avec Eurofins Environex et r-Biopharm Inc va développer des matrices de référence de viandes et de produits laitiers qui vont être préparées dans des conditions de mauvaises pratiques de fabrication pour imiter des contamination croisées entre deux espèces (porc, boeuf - lait de vache, lait de brebis) et des matrices de références fraudées.

Ces deux types de matrices seront testées par PCR et PCR en temps réel et la plateforme poirra identifier des seuils de quantification (1%, 5%, 10%) qui permettront de mieux interpréter des résultats d'analyse pour ces matrices.

Ce projet commencera en Janiver 2020.